Gabon-Covid-19 : la société civile et les événements du 25 octobre

Dans une déclaration jeudi à Libreville, le Pasteur Georges Bruno Ngoussi qu’entouraient Jean Rémi Yama (Dynamique Unitaire), Marc Ona Essangui (Brainforest) et Georges Mpaga (Rolbg), a fermement condamné le déploiement le 25 octobre dernier des forces de police devant les lieux de culte.

Dès le début de la déclaration, M. Ngoussi, leader de l’église Nazareth à Libreville a qualifié ce déploiement « d’inédit » puis a dénoncé la brève interpellation de certaines personnes qui ont été ensuite libérés après leur audition.

Georges Bruno Ngoussi a par ailleurs indiqué que « la société civile déplorait l’usage indécent et disproportionné des gaz lacrymogènes et de matraques à Oyem, Akanda (commune voisine de Libreville) ainsi que ailleurs conte des fidèles pacifiques ».

Pour M. Ngoussi  » ces fidèles ont simplement répondu massivement et légitimement à l’appel de leurs leaders excédés et floués depuis sept mois par la fermeture des lieux de culte » en raison de la pandémie de Covid-19.

Si le leader de l’église Nazareth a félicité les pasteurs et autres prêtres rendant le culte à Dieu pour la bravoure, Georges Bruno Ngoussi a toutefois dénoncé le mutisme de la communauté internationale depuis les événements du 25 octobre dernier.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *