Gabon-Covid-19 : la société civile et les événements du 25 octobre

Dans une déclaration jeudi à Libreville, le Pasteur Georges Bruno Ngoussi qu’entouraient Jean Rémi Yama (Dynamique Unitaire), Marc Ona Essangui (Brainforest) et Georges Mpaga (Rolbg), a fermement condamné le déploiement le 25 octobre dernier des forces de police devant les lieux de culte.

Dès le début de la déclaration, M. Ngoussi, leader de l’église Nazareth à Libreville a qualifié ce déploiement « d’inédit » puis a dénoncé la brève interpellation de certaines personnes qui ont été ensuite libérés après leur audition.

Georges Bruno Ngoussi a par ailleurs indiqué que « la société civile déplorait l’usage indécent et disproportionné des gaz lacrymogènes et de matraques à Oyem, Akanda (commune voisine de Libreville) ainsi que ailleurs conte des fidèles pacifiques ».

Pour M. Ngoussi  » ces fidèles ont simplement répondu massivement et légitimement à l’appel de leurs leaders excédés et floués depuis sept mois par la fermeture des lieux de culte » en raison de la pandémie de Covid-19.

Si le leader de l’église Nazareth a félicité les pasteurs et autres prêtres rendant le culte à Dieu pour la bravoure, Georges Bruno Ngoussi a toutefois dénoncé le mutisme de la communauté internationale depuis les événements du 25 octobre dernier.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *