Le président Akufo-Addo nie toute ingérence dans la lutte contre la corruption

48 heures après la démission du procureur général du tribunal de lutte contre la corruption qui a accusé, Nana Akufo-Addo d’interférer dans son champ d’action, le président ghanéen a décidé de s’exprimer.

Dans un premier temps, le présidente ghanéen a rejeté les accusations du procureur Martin Amidu, qu’il a nommé en 2018 pour donner un coup de fouët à la lutte contre la corruption.

Nana Akufo-Addo, a qualifié ces allégations d' »erreurs de fait », selon un communiqué de la présidence.

Dans la déclaration, la présidence ajoute que ni le président, ni aucun membre de son cabinet n’ont interféré dans le travail de M. Amidu et que des ressources nécessaires ont été mises à sa disposition pour qu’il fasse son travail de manière efficace et efficiente.

Le procureur Martin Amidu a quitté son poste lundi soir, indiquant que lui ainsi que certains membres de l’institution qu’il avait dirigé jusqu’à sa démission n’avaient pas reçu de salaire et que certains membres du cabinet du président faisaient pression.

Présenté comme un homme intègre, la nomination de Martin Amidu il y a deux ans avait suscité l’espoir. Car pour beaucoup de Ghanéens, il était celui qu’il fallait à ce poste pour lutter contre la corruption au sein de l’appareil de l’Etat.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *