Nigéria : la police met en garde contre le retour des manifestations contre la SARS

Selon la presse nigériane, une forte présence policière était observée dans certains sites stratégiques de l’État de Lagos par crainte d’une reprise des manifestations contre les brutalités policières.

Ce déploiement des forces de l’ordre intervient au lendemain d’une mise en garde des autorités contre la reprise des manifestations à travers le Nigéria exigeant les poursuites judiciaires contre certains éléments de la SARS, une unité de la police accusée de bavures et autres brutalités.

La police de Lagos a publié dimanche une circulaire contre lesdites manifestations prévues lundi, avertissant qu’elles seraient sévèrement réprimées.

« L’État de Lagos continue de panser les blessures orchestrées par certains manifestants violents #EndSARS et n’est pas prêt à accepter une telle manifestation pour l’instant. », a déclaré le porte-parole de la police, Olumuyiwa Adejobi dans un communiqué.

Les protestations contre la SARS qui ont secoué le Nigeria pendant deux semaines en octobre dernier, ont été ponctuées par des violences qui ont fait de nombreuses victimes dont des morts.

Les manifestations qui s’étaient étendues au pays, s’étaient ensuite transformées en appels à la fin de la mauvaise gouvernance. Le pique de la répression desdites protestations aura été l’intervention de l’armée qui avait dispersé dans le sang selon des ong comme Amnesty International, les manifestants dans la région de Lekki à Lagos le 20 octobre.

Selon l’Ong de défense des droits humains et des témoins oculaires, plus de 10 personnes avaient été tuées sur les lieux, ce que les autorités nigériane ont rejeté.

Dans de nombreux États, des enquêtes sont en cours sur ces événements ainsi que sur les activités de la Sars – comme l’avait exigé les manifestants.

Depuis l’arrêt des manifestations, certains des initiateurs de la manifestation ont été arrêtés et libérés tandis que d’autres ont vu leurs comptes bancaires gelés.

1 thought on “Nigéria : la police met en garde contre le retour des manifestations contre la SARS

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *