Des dizaines de personnes tuées dans l’ouest de l’Ethiopie

Plus de 100 personnes ont été tuées par des hommes armés dans un village de l’ouest de l’Éthiopie, a indiqué la Commission des droits de l’homme du pays.

Selon la BBC, les faits se sont déroulés dans la région de Benishangul-Gumuz où une infirmière d’une clinique locale a déclaré que plus de 30 personnes avaient été admises dans l’établissement, dont certaines dans un état critique.

À en croire l’infirmière, certaines des victimes ont été abattues et d’autres poignardée par des hommes armés mercredi au lendemain de la visite du Premier ministre Abiy Ahmed.

En effet, mardi, le Premier ministre Abiy s’était rendu dans la région pour discuter de la récurrence des violences ethniques observées ces derniers mois.

Dans un communiqué, la Commission éthiopienne des droits de l’homme a fait savoir que les assaillants avaient pris pour cible le village de Bekoji, qui se trouve dans une zone abritant plusieurs groupes ethniques.

D’après la commission éthiopienne des droits de l’homme, « Plus de 100 personnes ont été tuées dans des incendies et abattus par des hommes armés » lors de l’attaque survenue peu avant l’aube.

Pour Beyene Melese, un porte-parole du gouvernement de l’État, qui a condamné l’attaque, celle-ci a été perpétrée par ceux qu’il a qualifié des « éléments anti-paix ».

Dans un tweet, le premier ministre Abiy Ahmed a déclaré que « Le désir des ennemis de diviser l’Éthiopie selon des lignes ethniques et religieuses existe toujours », mais « Ce désir restera insatisfait. », a-t-il ajouté.

Depuis septembre, au moins quatre attaques toutes meurtrières ont eu lieu à Benishangul-Gumuz. L’une d’entre elles a été celle qui avait visé en novembre dernier un bus transport en faisant 34 morts parmi les passagers.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *