Ethiopie : le ministre de l’information de l’Erythrée remonté contre l’UE

© Photo d’illustration/ l'Éthiopie a déployé des troupes au Tigré en novembre pour lutter contre le Front populaire de libération du Tigré (TPLF)

La ministre érythréenne de l’information, Yemane G. Meskel, s’est violemment pris à l’Union européenne (UE) qui a déclaré lundi que les troupes érythréennes « alimentent » le conflit dans la région du Tigré en Éthiopie invitant les troupes à se retirer de ce pays.

C’est sur son compte Twitter que la ministre érythréenne de l’information Yemane G. Meskel, dont le pays est un proche allié du gouvernement Abiy Ahmed, a qualifié la déclaration de l’UE d' »épouvantable en raison des problèmes fondamentaux qu’elle ignore ».

Le ministre érythréen a fait référence au communiqué conjoint signé par le chef de la diplomatie de l’UE, Josep Borrell, la commissaire aux partenariats internationaux Jutta Urpilainen et le commissaire à la gestion des crises Janez Lenarcic.

Dans cette déclaration, les trois responsables de l’Union Européenne déclaraient :  « L’UE se joint à l’appel des États-Unis en faveur du retrait des troupes érythréennes d’Éthiopie, qui alimentent le conflit au Tigré, commettent des atrocités et exacerbent la violence ethnique ».

Pour la ministre Yemane, « la déclaration de l’UE déplore « l’exacerbation de la violence ethnique » tout en oubliant commodément la politique toxique d’ethnicité institutionnalisée et de polarisation que le FPLP, aujourd’hui disparue, a menée pendant des décennies dans le pays, ainsi que la violence et le chaos permanents que cela a entraîné ».

Le Front populaire de libération du Tigré (TPLF) a dirigé cette région du nord, à la frontière de l’Erythrée et du Soudan, avant qu’il soit renversé en novembre dernier par l’armée éthiopienne après une offensive militaire ordonnée par le gouvernement central.

En outre, les LTTE « ont continué à occuper, même après l’historique accord de paix d’Asmara de 2018, des territoires érythréens souverains en violation flagrante du droit international et de l’accord de paix d’Alger que l’UE et d’autres puissances avaient négocié et garanti », a ajouté M. Yemane, se référant aux pactes visant à mettre fin à la guerre entre l’Éthiopie et l’Érythrée (1998-2000).

   L’UE a suspendu l’aide de près de 90 millions d’euros à l’Ethiopie en décembre dernier en raison du fait de ce conflit armé, qui a fait des milliers de victimes, selon le groupe de réflexion International Crisis Group (ICG).

   Au moins 2,3 millions de personnes ont besoin d’aide humanitaire au Tigré en raison du conflit, et l’accès à la région reste très limité, ce qui rend difficile l’acheminement de l’aide humanitaire, a déclaré l’ONU vendredi indiquant par ailleurs que plus de 60 000 personnes ont fui la violence du Tigré pour se réfugier au Soudan voisin.

Pour rappel, le conflit au Tigré a éclaté le 4 novembre après que le gouvernement central a lancé une offensive contre les positions des LTTE en représailles à une attaque des forces tigréennes sur une base de l’armée éthiopienne dans le territoire.

1 thought on “Ethiopie : le ministre de l’information de l’Erythrée remonté contre l’UE

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *