Athlétisme : la kenyane Florence Jepkosgei Chepsoi condamnée pour falsification de documents

Photo d'illustration

La coureuse de fond kenyane Florence Jepkosgei Chepsoi a été condamnée à un an de travaux d’intérêt général pour avoir falsifié des documents dans le cadre de sa défense contre une accusation de dopage, a annoncé l’Association antidopage du Kenya (ADAK).

Florence Jepkosgei Chepsoi devient la première athlète kényane à être reconnue coupable par un tribunal pénal.

Le verdict a été rendu à l’issue du procès à Eldoret, après une enquête qui a duré plusieurs années.

La marathonienne de 36 ans a été exclue pendant deux ans en 2017 pour avoir consommé du Prednisolone, un médicament améliorant les performances.

Elle a été reconnue coupable d’avoir fourni de faux dossiers médicaux de l’hôpital Uasin Gishu d’Eldoret pour appuyer sa défense lors de sa comparution devant le tribunal kényan des litiges sportifs.

« L’hôpital du district d’Uasin Gishu a confirmé que ces documents médicaux avaient été falsifiés, et que l’athlète n’avait pas été traitée dans ledit hôpital », a déclaré l’ADAK dans un communiqué.

Plus de 60 athlètes kényans ont été suspendus au cours des cinq dernières années pour des infractions liées au dopage, notamment des manquements à l’obligation de transmission d’informations sur leur localisation, une violation des règles antidopage de l’athlétisme mondial.

Pour plus d’actualités de sport, rendez-vous sur notre site de sport via sport-24.net

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *