Mali : vers des sanctions françaises ciblées après le nouveau putsch

© Photo d’illustration/le président de transition, Bah N’Daw et son premier ministre, Moctar Ouane renversés par l’armée malienne

Le renversement des autorités intérimaires au Mali continue d’être condamné par la communauté internationale au point que la France a annoncé des sanctions ciblées contre les auteurs de ce nouveau putsch.

L’UE, les Nations Unies et la France ont violemment réagi au renversement des autorités intérimaires maliennes.

Tout est parti de l’arrestation lundi du président et du Premier ministre maliens, Bah Ndaw et Moctar Ouane par des militaires qui les gardent en détention à Kati, fief de l’armée.

Ce mardi, la junte a annoncé qu’elle avait demis de leurs fonctions les deux dirigeants qu’elle accuse d’avoir violé les termes de la transition.

Dans la foulée des réactions, l’Onu a convoqué une réunion d’urgence, l’Union Africaine se dit préoccupée appelant tous au rétablissement des autorités installées depuis la chute en août 2020 du président Ibrahim Boubacar Keita.

La France a annoncé des sanctions ciblées contre les auteurs de ce coup de force intervenu en pleine période de transition qui doit s’achever dans neuf mois.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *