Mali : les dirigeants de la Cedeao imposent des sanctions à Bamako

Réunis dimanche à Accra en sommet extraordinaire consacré à la crise au Mali, les dirigeants de la Communauté des États d’Afrique de l’Ouest ont décidé de suspendre le pays à la suite du coup d’état qui a renversé les autorités intérimaires.

Le Mali suspendu par la Cedeao de l’ensemble de ses institutions après la prise de pouvoir par l’armée suite à la destitution des autorités intérimaires notamment le président et le premier ministre de la transition.

Bah Ndaw et Moctar Ouane ont dû démissionner après leur arrestation lundi dernier après avoir rendu public le nouveau gouvernement de transition.

Arrêtés par des soldats Maliens, ils avaient été accusés par les militaires d’avoir violé l’esprit de la transition qui a été mise en place après le renversement en août 2020 de l’ex président, Ibrahim Boubacar Keita.

Selon le ministre ghanéen des Affaires étrangères, Shirley Attorkor Botchwey, la Cedeao « s’inquiète des implications en matière de sécurité pour l’Afrique de l’Ouest en raison de l’insécurité continue provoquée par les bouleversements politiques dans ce pays ».

A l’issue du sommet de dimanche à Accra, les chefs d’Etat des pays membres de la communauté ont exigé que les autorités militaires maliennes libèrent immédiatement l’ancien président de transition Bah N’Daw et le Premier ministre Moctar Ouane, qui sont maintenus en résidence surveillée.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *