NSO/Pegasus : plainte de RSF à l’ONU et devant la justice française

17 journalistes originaires de 7 pays, identifiés comme victimes potentielles ou avérées d’une surveillance par Pegasus, déposent plainte aux côtés de RSF contre la société NSO Group et tous les autres responsables que l’enquête judiciaire établira.

Cette plainte déposée par Reporters sans frontières (RSF), vient compléter celle déposée par RSF le 20 juillet aux côtés de deux journalistes franco-marocains. RSF saisit également l’ONU des cas de ces journalistes.

Tous ces journalistes ont exercé un journalisme libre et indépendant sur des sujets d’intérêt public. Ils savent ou ont des raisons sérieuses de craindre avoir été espionnés par leur gouvernement.

C’est notamment le cas de la journaliste azerbaïdjanaise Sevinc Abassova, du Togolais Ferdinand Ayité, des Mexicaines Marcela Turati et Alejandra Xanic, des Indiens Sushant Singh, Siddharth Varadarajan et MK Venu, ou des Hongrois Szabolcs Panyi et András Szabó. Un d’entre eux, Shubhranshu Choudhary, est un des correspondants de RSF en Inde.

Plusieurs sont victimes depuis de nombreuses années de la vindicte de leur gouvernement, comme Hicham Mansouri au Maroc ou Swati Chaturvedi en Inde, lauréate du prix RSF du courage 2018, pour laquelle RSF avait saisi l’ONU la même année. Certains ont même été espionnés par un État étranger, comme l’Espagnol Ignacio Cembrero, très probablement surveillé par le Maroc.

“Les plaintes de ces journalistes, originaires de tous les continents, confirment l’ampleur de la surveillance déployée grâce au logiciel Pegasus de NSO, déclare Pauline Adès-Mével, porte-parole de RSF.

Et d’ajouter « L’enquête doit établir toutes les responsabilités, que les personnes impliquées soient dirigeantes d’entreprises ou hauts dirigeants de leurs pays. Face à pareil scandale si lourd de conséquences pour la liberté de la presse, aucun doute ne doit subsister, le voile doit être complètement levé et la justice doit passer.”

En plus des nouvelles plaintes déposées en France, RSF saisit formellement les Nations unies des cas de ces journalistes. RSF demande aux Rapporteurs spéciaux sur la liberté d’expression, le droit à la vie privée, les défenseurs des droits de l’Homme et sur la protection des droits de l’Homme dans la lutte antiterroriste d’obtenir des explications de la part des États suspectés d’avoir eu recours à Pegasus pour espionner ces journalistes.

RSF leur demande aussi d’exiger la stricte régulation internationale de l’exportation, la vente et l’utilisation de logiciels de surveillance tels que Pegasus et un moratoire international sur la vente de ces logiciels. RSF les appelle enfin à promouvoir l’établissement par le Conseil des droits de l’Homme de l’ONU d’un mécanisme ad hoc chargé d’enquêter et faire toute la lumière sur la vente et l’usage des logiciels de surveillance.

En tout, 19 journalistes ont ainsi déposé plainte en France avec RSF et ont mandaté l’organisation pour saisir avec eux les mécanismes des Nations unies :

En 2020, RSF avait inclus NSO Group dans sa liste des “prédateurs numériques”.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *