Nigéria : les médecins suspendent leur grève

© Photo d’illustration/

Deux mois après le déclenchement de leur grève dans les hôpitaux publics, les médecins nigérians ont décidé de suspendre leur mouvement pour donner une chance aux négociations entamées avec le gouvernement.

Après deux mois de bras de fer, les médecins nigérians ont accepté de négocier avec les autorités et de suspendre leur mouvement de grève pour donner une chance aux discussions avec le gouvernement.

La grévistes, les médecins résidents en formation pour devenir spécialistes, se plaingnent notamment de leurs salaires qu’ils jugent trop bas y compris les allocations dont ils bénéficient. Ils dénoncent aussi le manque de couverture maladie et autres assurances santé.

C’est un grand soulagement pour de nombreux Nigérians, car la grève de leurs médecins avait quasiment paralysé le secteur santé mais craignent en même temps que les négociations engagées entre le gouvernement et leur syndicat n’accouchent d’une souris.

L’Association nationale des médecins résidents a déclaré que ses membres reprendraient le chemin du travail d’ici mercredi afin de permettre à ceux qui avaient. voyagé de revenir à leur lieu de travail.

Les médecins ont accepté de suspendre après avoir reçu le soutien de l’Association médicale nigériane, l’organisme qui chapeaute tous les médecins. L’association a notamment déclaré qu’elle aiderait les médecins à obtenir gain de cause face au gouvernement.

Il y a deux semaines, un tribunal à Abuja avait ordonné aux médecins de reprendre le travail. Mais cet ordre n’a pas été suivi de fait par les médecins.

Pour tenter de persuader les grévistes, le gouvernement lui-même avait menacé de prendre des mesure de rétorsion sans que cela ne puisse ramener ces derniers à surseoir leur mouvement.

Les autorités avaient fait savoir qu’elles suspendraient le salaire des grévistes estimant  ceux qui ne travaillaient pas n’avaient pas droit à leur salaire menaçant d’embaucher de nouveaux médecins s’ils persistaient dans leur voie.

La grève des médecins avait fait craindre le pire au Nigéria car elle est tombée une nouvelle fois en pleine pandémie de Covid-19 et les autorités redoutaient une explosion de cas.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *