Migrants aux portes de l’Europe : vers un renforcement des sanctions contre Minsk

©Photo d'illustration/l'UE devrait très prochainement élargir les sanctions contre Minsk à la suite de la crise migratoire aux portes de l'Europe

Accusé de délibérément envoyer des migrants à la frontière avec Pologne, de nouvelles sanctions européennes sont sur le point d’être imposées par le bloc au Bélarus.

Des dizaines de personnes continuent d’attendre aux portes de la Pologne, la Lituanie et la Lettonie pour tenter d’entrer sur le vieux continent depuis le Bélarus accusé par son voisin d’aller chercher des migrants dans d’autres pays afin qu’ils franchissent l’Europe en représailles aux premières mesures européennes contre la réélection contestée en 2020 d’Alexandre Loukachenko.

Cependant, Minsk continue d’entretenir le flou sur cette crise qui a éclaté depuis quelques jours. Le Président Loukachenko continue de nier toute responsabilité. Lundi, le bloc a annoncé l’élaboration dans les prochains jours d’une liste détaillée des cibles, qui pourrait inclure des individus et des entités, sera élaborée au cours des prochains jours.

Le Conseil a voté l’élargissement des critères d’inscription sur la liste noire afin de pénaliser les personnes et les organisations soupçonnées d’exploiter les migrants et de faciliter les vols à destination de Minsk La compagnie aérienne biélorusse Belavia, qui appartient à l’État, est considérée comme un facteur clé derrière ce complot complexe.

La Commission européenne recueille actuellement des preuves pour déterminer si d’autres transporteurs sont également impliqués dans la traite des êtres humains.Jusqu’à présent, le bloc a ciblé 166 individus et 15 entreprises de Biélorussie à travers quatre équipes différentes une série de sanctions, qui incluent certains membres de la famille de Loukachenko.

« Les sanctions sont toujours efficaces parce qu’elles affectent les personnes, leur richesse et leur capacité de mouvement », a déclaré Josep Borrell, haut représentant de l’UE, avant la réunion.Borrell, qui a qualifié les actions de Loukachenko d’« inhumaines » et de « déplorables », a déclaré que la plupart des vols à destination de Minsk avaient été interrompus grâce à l’action diplomatique de l’UE.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.