Gabon -Covid : débouté par la Cour constitutionnelle, le gouvernement prend un nouvel arrêté

© Photo d'illustration/Image Info241/les membres du Copil Citoyen lors de leur point de presse à Libreville

Alors qu’il était débouté par la Cour constitutionnelle qui a reconnu une violation de certaines dispositions de la loi fondamentale en l’arrêté N°559/PM, le gouvernement gabonais prend un autre arrêté et reconduit les mesures de riposte contre le Covid-19 contestées par l’opinion.

Le gouvernement gabonais reconduit les nouvelles mesures de riposte contre la pandémie de Covid-19 pourtant annulées par la Cour constitutionnelle qui avait été saisie par le Copil Citoyen, un mouvement des acteurs de la société civile.

Le nouvel arrêté gouvernemental numéro 685/PM lu vendredi soir à la télévision publique  » Gabon Première », par Jean Eric Nsiengui Mangala, conseiller du ministre de l’Intérieur, Lambert Noël Matha.

Ce samedi, les membres du Copil Citoyen à l’origine de la saisine de présidente de la Cour constitutionnelle, Marie Madeleine Mbourantsouo ont lors d’un point de presse à Libreville fustigé l’attitude du gouvernement gabonais.

Pour le Copil citoyen par le biais de ses membres y voit en le nouvel arrêté, la preuve de la légèreté avec laquelle « certains actes réglementaires engageant le pays sont pris par le Gouvernement ».

Le Copil citoyen s’étonne aussi de ce qu’en « moins de 5h de temps, le gouvernement a successivement procédé à la saisine des deux chambres du Parlement, aux auditions et à la publication d’un texte engageant les libertés publiques et les droits des citoyens au journal officiel de la République, du jamais vu dans notre République ».

Tout compte fait, cette démarche révèlent « L’arrogance et le mépris affiché par le Gouvernement à l’endroit de la Cour Constitutionnelle en rejetant immédiatement cette annulation ».

Montrant ainsi « qu’aucune ouverture ne sera faite par le Gouvernement pour intégrer leurs avis dans un quelconque acte réglementaire comme le recommandait de façon subtile les Juges Constitutionnelles ».

Devant « l’acharnement » du gouvernement « à démontrer qu’il peut violer en toute impunité notre Constitution, qu’il peut mépriser en toute impunité nos Institutions et faire des droits fondamentaux et des libertés publiques des gabonais leur paillasson », le Copil citoyen qui promet de défendre la Constitution a conclu en indiquant : « Tout en restant légaliste, le COPIL CITOYEN mandatera ses citoyens pour introduire un autre recours tout en invitant le peuple gabonais, les syndicats ayants suspendus leurs mouvements de grève, les confessions religieuses et leurs membres, les acteurs politiques, culturels, économiques, etc…à se tenir prêt pour mener des actions d’envergures visant à défendre par tous les moyens patriotiques notre Constitution et nos libertés fondamentales ».

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *