Rapport – Rwanda : Kigali rejette les conclusions de l’ONU sur le soutien présumé au M23 en RC Congo

© Photo d’illustration/Le Rwanda accusé par un rapport de l’Onu de soutenir les rebelles du M23 en RDC rejette en bloc les conclusions des experts Onusiens

24 heures après sa publication, le gouvernement rwandais a rejeté le rapport d’experts des Nations unies affirmant disposer de « preuves solides » que des membres des forces armées rwandaises ont soutenu les rebelles du M23 dans l’Est de la République Démocratique du Congo.

Dans leur rapport, les experts de l’Onu sont formels lorsqu’ils parviennent à la conclusion selon laquelle les rebelles du M23 qui ont repris les armes avaient bénéficié d’un certain soutien de quelques militaires Rwandais.

Réagissant au rapport, Yolande Makolo, porte-parole du gouvernement rwandais a affirmé dans un communiqué que « Le rapport est une tactique pour détourner l’attention des vrais problèmes et contient de fausses allégations qui doivent être traitées avec le mépris qu’elles méritent ».

Le secrétaire d’État américain Antony Blinken est attendu dans les deux pays la semaine prochaine pour rencontrer les dirigeants afin de comprendre les raisons de cette résurgence du M23 dans l’est du Congo, riche en minéraux.

Or, concernant son soutien présumé aux rebelles du M23, le Rwanda accuse son voisin du Congo de collaborer avec un autre groupe rebelle, les FDLR qui serait une menace pour Kigali car ayant à sa tête des éléments à l’origine du génocide de 1994.

Et pour Kigali, la sécurité régionale ne peut être atteinte tant que cette question n’est pas traitée. Et en l’espèce prévient la porte-parole Makolo, « Le Rwanda a le droit légitime et souverain de défendre son territoire et ses citoyens, et non d’attendre que le désastre se produise ».

Dans le nouveau rapport au Conseil de sécurité de l’ONU, les experts accusent les forces rwandaises de violer l’embargo sur les armes imposé par l’ONU au Congo par leur « intervention directe » dans le pays, soit pour soutenir le groupe rebelle M23, soit pour mener des opérations militaires contre les FDLR.

Les militaires rwandais ont également violé les sanctions en fournissant des armes, des munitions et des uniformes aux rebelles du M23, selon le rapport des experts. Les attaques du M23 sont devenues plus fréquentes, plus longues et plus fortes, et le territoire sous le contrôle du groupe a « considérablement augmenté », provoquant des déplacements massifs de civils et des bombardements aveugles, ont ajouté les experts.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.