Guinée : Le poste électrique de Boké officiellement lancé

©Photo d’illustration/ La Région de Boké à 250 kilomètres de Conakry se dote d’une centrale électrique pour connecter plusieurs villages

Financé par la Banque africaine de développement (BAD) et plusieurs partenaires techniques et financiers de la Guinée, dans le cadre du Projet énergie de l’OMVG (Organisation pour la mise en valeur du fleuve Gambie), le poste électrique de Boké – à 294 kilomètres de Conakry – a été officiellement mis en marche début septembre 2022.

D’une puissance de 2X40 MVA, cette nouvelle installation électrique va alimenter toute la zone économique spéciale et les sociétés minières de la région de la Guinée maritime en énergie propre et à moindre coût.

Le poste électrique de Boké permettra ainsi de raccorder au réseau électrique national les localités de Kamsar Kolaboui, Sangarédi et les villages environnants, situés au Nord-Ouest du pays

Le projet financé à hauteur de 142 millions de dollars américains par la BAD et 580 millions de dollars américains par les autres partenaires ce poste aidera ainsi à améliorer le taux d’accès à l’électricité dans la région et favoriser le développement d’activités génératrices de revenus dans cette région du pays à fort potentiel économique.

« Alimentée jusque-là par une centrale thermique, avec des temps de desserte limités et des coûts d’exploitation très élevés, la ville de Boké aura, pour la première fois depuis l’indépendance de la Guinée, un accès continu à l’électricité de source hydraulique, propre et abordable », a déclaré Léandre Bassolé.

Le projet prévoit la construction d’environ 1 677 kilomètres de lignes d’interconnexion (dont quelque 575 kilomètres en Guinée), la construction de 15 postes de 225/30 kilovolts (dont 4 nouveaux postes et une extension en Guinée) et 2 postes répartiteurs, dont 1 en Guinée.

L’objectif est de fournir aux pays membres une énergie propre, renouvelable et à bas coût. Il vise également à dynamiser le marché de l’électricité à travers le partage des ressources hydroélectriques de la sous-région et à la mutualisation des moyens de production et de transport d’énergie électrique. Ce projet, qui stimule l’intégration de la sous-région ouest-africaine, sera également profitable à son développement socio-économique.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.