Tchad : 21,5 millions de dollars du Fonds africain de développement pour booster la production d’électricité propre et durable

©Photo d’illustration/Pour aider le Tchad à réaliser son projet d’améliorer la couverture en électricité dans le pays, la BAD a choisi d’apporter d’importants fonds financiers

Le Fonds africain de développement a fait don de 21,51 millions de dollars américains au Tchad, pour mettre en œuvre le Projet d’appui au secteur de l’énergie électrique (PASET).

Le projet est cofinancé par plusieurs dons dont :  19,6 millions de dollars du Fonds africain de développement; 1,6 million de dollars du Fonds vert pour le climat (FVC) dans le cadre de la Facilité de financement « Desert to Power » G5 Sahel et 292 000 dollars de l’initiative Power Africa des États-Unis. La Société nationale tchadienne d’électricité assume un financement à hauteur de 138 602 de dollars.

Le projet inscrit dans le cadre de l’initiative « Desert to Power » dont la feuille de route nationale validée par le Tchad couvre 11 pays du Sahel (Burkina Faso, Djibouti, Érythrée, Éthiopie, Mali, Mauritanie, Niger, Nigeria, Sénégal, Soudan et Tchad).

Il a pour objectif d’accélérer le développement économique dans la région du Sahel à travers le déploiement à grande échelle de technologies solaires.

Le projet va ensuite permettre d’améliorer l’accès à l’électricité et la qualité de l’énergie fournie pour répondre à la demande croissante d’électricité (environ 5% par an).

Il va aider à augmenter la capacité de production d’énergie électrique propre et durable, notamment dans les zones défavorisées du pays ; de réduire les coûts de production dans certaines localités et de contribuer à améliorer les performances techniques, financières et commerciales de la Société nationale d’électricité (SNE), l’entreprise publique chargée de la production, du transport et de la distribution de l’électricité au Tchad.

Le projet permettra notamment à la SNE d’acquérir et de poser 45 000 compteurs à prépaiement, pour réduire les pertes d’électricité non techniques, d’aménager et d’équiper des postes moyenne et basse tension et de renforcer certains tronçons du réseau de distribution pour réduire les pertes techniques, améliorer le taux d’accès ainsi que la qualité de service.

Le projet va aussi permettre l’hybridation de trois centres de production d’électricité situés à Bongor (250 km de Ndjamena), à Bol (300 km de Ndjamena) et à Biltine (1 000 km), pour réduire les consommations de carburant et, de facto, les coûts de production. Il va permettre aussi d’acquérir et d’installer des équipements informatiques pour la gestion à distance de la distribution et interconnecter douze centres secondaires de production d’électricité pour améliorer la qualité de la facturation et du recouvrement ; et de renforcer les capacités de la SNE et des autres acteurs du secteur énergétique (agence de régulation, ministère de l’énergie).

Le projet devrait aussi contribuer à améliorer la compétitivité des entreprises formelles et du secteur informel, réduire le délai de paiement des clients grâce aux compteurs prépayés, améliorer les délais de paiement des fournisseurs de la SNE, augmenter le nombre de ses clients ainsi que ses effectifs, outre accroître l’offre d’énergie dans les centres de production visés.

Le projet cible directement 15 000 nouveaux abonnés qui bénéficieront, grâce aux nouveaux compteurs à prépaiement, d’un meilleur accès à l’électricité et suivi de leur consommation énergétique, mais il profitera à toute la population tchadienne. Par ailleurs, l’amélioration de la qualité de service touchera l’ensemble de la clientèle.

Le Tchad a un objectif ambitieux de porter son taux d’accès à l’électricité de 38 % en 2023, contre 6,4 % en 2020.

Avec APO

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *